Talla Sylla, Maire de Thiès (Sénégal) : « Devant la gravité de l’heure, nous avons libéré 90% du personnel »

0
6

La progression du Coronavirus est dans une pente ascendante à Thiès au Sénégal, avec plusieurs cas positifs et un cas zéro toujours recherché. Devant la gravité de l’heure, les mesures de prévention sont corsées. Dans cet entretien, Talla Sylla, Maire de la ville, fait le point sur l’exécution de la feuille de route du comité de veille et d’actions Contre le coronavirus et annonce que la ville a temporairement libéré 90% de son personnel

Entretien

Afrik.com : La ville de Thiès dont vous êtes le Maire est de plus en plus exposée, avec plusieurs cas testés positifs au Coronavirus. Qu’en dîtes-vous ?

Talla Sylla : Tout ce que je peux dire, c’est qu’il faut de la discipline dans le cadre de cette guerre contre le Coronavirus, pour se conformer strictement aux informations données, chaque jour, par le ministère de la Santé. Malheureusement, certains confondent toujours la discipline et la politesse. La politesse et l’impolitesse sont d’ordre moral tandis que la discipline et l’indiscipline sont d’ordre organisationnel. Et pour qu’une société fonctionnement normalement pour le bien de tous, il faut l’édiction de règles. La première règle dans notre pays, c’est la Constitution qui organise les rapports entre les institutions, entre les institutions et les citoyens, mais aussi entre les citoyens eux-mêmes. Et si tout le monde se conforme aux règles édictées, il n’y aura aucun problème.

C’est pourquoi, devant la menace que constitue le Coronavirus, la discipline recommande un certain nombre de comportements, d’autant plus qu’il n’y a ni remède, ni vaccin contre la maladie. Donc tout ce qui peut sauver, c’est l’observation stricte des règles de prévention. Et quiconque passe outre, verse dans l’indiscipline. Il est vrai qu’aucun pays démocratique ne souhaite être dans une situation exceptionnelle qui exige la restriction des libertés individuelles et collectives. Mais aujourd’hui, chacun doit faire une prise de conscience, s’imposer même, s’il le faut, l’autodiscipline, pour préserver notre nation, aujourd’hui menacée par ce péril sanitaire.

Afrik.com : Qu’est ce qui a été fait au niveau de la ville, dans le cadre de la prévention, pour mettre un terme au processus de transmission ?

Talla Sylla : Nous nous inscrivons dans la logique des décisions prises par le président de la République et exécutées par le ministre de la Santé et de l’Action sociale, maître d’œuvre dans cette lutte. Nous avons, au niveau de la ville, pris la décision, à la suite des mesures prises dès le 14 mars 2020, de mettre en place un comité de veille et d’actions, pour participer, sur le territoire de la ville de Thiès, au combat commun, qui est d’ailleurs devenu un combat de l’humanité contre le Coronavirus. Dès que nous avons pris la pleine mesure de la situation, nous avons invité les responsables de la mairie de Thiès, pour dès le départ montrer le bon exemple.

C’est dans ce cadre qu’une note circulaire a été prise pour libérer temporairement près de 90% du personnel de la mairie ville pour ne garder que le personnel essentiel, pour assurer un service minimum. C’est pour montrer aux citoyens que nous devons aller dans le sens d’éviter les regroupements qui peuvent être un comportement à risques. La circulaire de réduction temporaire concerne donc les 90% des personnels de la ville notamment, les agents permanents comme temporaires et un service minimum est assuré par le Maire et ses adjoints, le secrétaire général et son adjoint, le directeur de Cabinet, les agents de sécurité. Il s’y ajoute les agents de la Direction de la Surveillance Urbaine et de la Citoyenneté, la Direction des Services Techniques de la Ville, le Service de l’Information et de la Communication.

Afrik.com : Quel message lancez-vous à l’endroit des populations en cette période grave ?

Talla Sylla : Je voudrais, à travers cela, inviter nos compatriotes à être attentifs par rapport aux décisions prises par l’Etat du Sénégal et qui vont seulement, dans le sens de préserver ce pays. Ce qui a gêné la France, causé tant de mal en Italie, ravagé des pays comme la Chine, l’Espagne qui, sur le plan des moyens matériels et financiers sont beaucoup plus puissants que le nôtre, pourrait ne pas nous épargner. Nous devons donc profiter de notre avance, puisque nous en avons, car le virus n’a pas commencé sa marche désastreuse chez nous. Si c’était le cas et compte tenu des comportements que nous voyons au niveau des quartiers, dans les rues, ce serait la pire catastrophes. Nous avons eu la chance de n’avoir pas été les premiers, mais nous n’avons pas l’organisation de la Chine, nous n’avons pas sa discipline militaire qui lui a permis d’inverser la tendance en peu de temps, même s’il y a eu beaucoup de dommages.

Donc profitons de cette avance, prenons conscience, tirons les leçons, nous n’avons pas besoin de faire les mêmes expériences que les autres, nous devons apprendre de ces expériences et ne pas tomber dans les mêmes travers. Nous devons apprendre puisqu’il s’agit d’une situation dramatique, il s’agit de quelque chose qui n’est pas du tout virtuel, il ne s’agit pas d’un rêve, mais d’une réalité dangereuse, une réalité qui tue. J’invite donc les populations thiessoises et sénégalaises, de façon générale, à faire preuve d’un maximum de responsabilité et à être à l’écoute de nos dirigeants, pour qu’on puisse, ensemble, dans une démarche collective, préserver et sauver notre pays et nos citoyens.

Source: afrik.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here