Remco Evenepoel leader du Tour de Burgos après sa démonstration: «Rien n’est fait»

Remco Evenepoel est opposé à plusieurs des meilleurs grimpeurs du peloton lors de ce Tour de Burgos. Jeudi, la pépite belge a pris la mesure de ses concurrents en s’imposant, en solitaire, au sommet du Picon Blanco. « Cette victoire et ce maillot de leader, c’est un rêve. Je vais maintenant tenter de le conserver mais rien n’est fait », a déclaré le coureur de l’équipe Deceuninck-Quick Step après l’arrivée.

Le natif de Schepdaal a placé une attaque à deux kilomètres de l’arrivée, laissant sur place le Néo-Zélandais George Bennett (Jumbo-Visma), l’Espagnol Mikel Landa (Bahrain-McLaren) ou encore le Colombien Esteban Chaves (Mitchelton-Scott), habitués des arrivées en altitude.

« Les derniers kilomètres étaient vraiment très durs. J’ai vraiment tout donné avec ce vent de face mais j’ai continué de pousser. J’ai entendu à la radio que l’écart grandissait et j’ai réussi à le conserver jusqu’à l’arrivée », a expliqué le Belge de 20 ans, déjà lauréat du Tour de San Juan et du Tour d’Algarve en début d’année.

Evenepoel a tenu à remercier son équipe, décisive au cours d’une étape marquée par des bordures. « Je n’aurais pas pu réaliser tout ça sans le travail de l’équipe. Mes équipiers m’ont protégé du vent et des bordures. C’était ma tâche de finir le travail et j’y suis arrivé. »

Le Belge a expliqué que c’est sur les conseils de son directeur sportif qu’il a attaqué. « Mon premier objectif était de ne pas être lâché, ne pas perdre de temps. Mais mon directeur sportif m’a demandé de tenter quelque chose car je lui paraissais frais à l’image. Je savais que j’étais un peu à la limite mais j’ai quand même tenté ma chance. Il y avait un risque mais sans prendre de risque, on ne gagne jamais », a ponctué Evenepoel.

L’Institut scientifique de santé publique s’inquiète face à l’augmentation du nombre de cas dans certaines villes, dont Bruxelles.

La diminution de la taille des groupes a déjà un effet négatif dans certains établissements. L’enregistrement des coordonnées des clients provoque, pour sa part, une baisse de la fréquentation.

Pour donner un coup de pouce aux « petites » équipes, les organisateurs de la Classicissima réduisent les effectifs. Sur 300 longs kilomètres, la gestion de course des favoris (dont Philippe Gilbert) sera forcément différente.

Remco Evenepoel, qui a tenté sa chance à 35 km du but, a fini 10e à 10 secondes.

Plus que jamais, le Tour de France s’annonce fastueux en cette saison chamboulée. À l’image de Romain Bardet, nombreux sont les coureurs qui ont modifié leur plan pour finalement disputer une Grande Boucle où, finalement, tout le gratin sera là. Hormis, et c’est logique, Remco Evenepoel.

© Rossel & Cie – 2020Conditions générales d’utilisation – Conditions générales de vente – Politique de cookies – Politique de Protection Vie privée – Charte des médias – Droits de reproduction

Source: https://www.lesoir.be/316291/article/2020-07-30/remco-evenepoel-leader-du-tour-de-burgos-apres-sa-demonstration-rien-nest-fait

Vuelta a Burgos, Remco Evenepoel, Team Quick Step, Felix Großschartner, Road bicycle racing

World news – FR – Remco Evenepoel leader du Tour de Burgos après sa démonstration: «Rien n’est fait»

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *