Jeudi, le premier ministre a annoncé la poursuite des mesures en place pour les semaines à venir. Les entreprises ne peuvent être autorisées à rouvrir qu’à partir du 1er décembre, avant un nouvel assouplissement espéré des vacances de Noël.
Ceux qui espéraient entendre la bonne nouvelle étaient à leurs dépens: l’incarcération serait toujours la règle en vigueur après le 1er décembre. Donc le bout du tunnel s’éloigne. «La seule chose qui peut changer, c’est la possibilité de réouvrir des magasins», si la situation s’améliore, a annoncé Jean Castex, en fin de journée, jeudi 12 novembre, lors d’une conférence de presse sur la situation de l’épidémie de Covid-19 en France. Il s’agissait de rendre compte des décisions du Conseil de défense convoquées par Emmanuel Macron au moins dix ministres dans la matinée.

Concrètement, le certificat de voyage sera encore valable quelques semaines. «Mais après le 1er décembre, il inclura un carré supplémentaire dans la liste d’exonération: des déplacements vers une entreprise qui ne vend pas de matières premières», explique un consultant de Mattignon. Il suffit d’aider les commerçants à capturer une partie de leurs ventes à la fin de l’année.

« Notre objectif est de pouvoir permettre une nouvelle réduction du temps des vacances de Noël, pour que les Français puissent passer leurs fêtes de fin d’année en famille, l’avancé Jean Castex, sans plus de détails. Mais ceux-ci ne pourront pas se tenir de la même manière habituelle. » En particulier, le Premier ministre a mis en garde «contre l’organisation de grandes fêtes pour des dizaines de personnes, lors du réveillon du Nouvel An le 31 décembre.

« Mon devoir est de vous protéger »
Les bars, restaurants et gymnases resteront fermés. «C’est déchirant», a déclaré le Premier ministre, «il est de mon devoir de vous protéger». Avant d’ajouter, en réponse aux critiques: « La seule courbe qui m’intéresse est l’introduction des soins intensifs. » «Un effort porte ses fruits», a reculé un membre du gouvernement peu de temps auparavant. Il faut partager les objectifs de santé avec les Français pour qu’ils puissent émerger au fil du temps. « 

Le Premier ministre a semblé sérieux et a publié une série de chiffres, preuve que cette deuxième vague pandémique est « très forte ». Avec plus de 10 000 décès au cours des deux derniers mois, le bilan est désormais de 42 500. Au cours de la semaine écoulée, 400 à 500 hommes et femmes sont morts chaque jour de cette maladie infectieuse. Ce qui signifie que « un décès sur quatre » est maintenant dû à Covid-19 et que derrière ces chiffres, il y a beaucoup de « vies brisées », se souvient-il. Malgré ce ciel sombre, Jan Castex a prudemment relevé une baisse de 16% des nouveaux polluants, « une tendance récente et donc fragile, qui doit être confirmée ». Si tel est le cas, cela signifie que R, le nombre de personnes précédemment infectées par un patient a diminué à moins de 1, ce qui est un signe que le virus est sous contrôle. Mais en attendant, la baisse est loin dans les hôpitaux surpeuplés, qui se préparent à un pic d’admissions en début de semaine. Toutes les trente secondes, le patient arrive à l’hôpital et toutes les trois minutes en soins intensifs. En réanimation, 40% ont moins de 65 ans. Nous continuons donc à pousser les murs, à reporter les opérations et à évacuer les patients.

Selon le ministre de la Santé, plus de 120 transferts ont été effectués depuis les régions les plus touchées, Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté vers la Nouvelle-Aquitaine, la Bretagne ou l’Ile-de-France. Il faut s’en tenir, rappelle Jan Castex, qui prêche une « mentalité civique ». Vendredi, un locataire de Matignon se rendra dans un hôpital de

Strasbourg (Bas-Rhin) pour rencontrer leurs soignants.

source: https://www.leparisien.fr/politique/covid-19-jean-castex-prolonge-le-reconfinement-12-11-2020-8408104.php